Roma, Roma ma, Ke$ha, oohlala

Ke$ha a donné la semaine dernière une prestation remarquée au Future Music Festival de Sidney, en faisant mine de dévorer un coeur, s’en étalant au passage un peu partout sur son corps.

En temps normal, je suis contre les comparaisons abusives et arbitraires avec Lady GaGa (“Entre nous, ce morceau est tellement inspiré de Lady Gaga qu’il me donne de me crever les yeux”, “Euh… c’est ça ta tenue ? T’aurais pas quelque chose d’encore plus Lady Gaga par hasard ?” “Ce parfum de Smoothie a un goût teeeeellement Lady Gaga…c’est du vu, revu et ultra-rediffusé”), mais ici, force est de constater que :

AU PLAGIAT !!!! AU PLAGIAT !!!!! Voilà c’est dit. Je jette mon pavé dans la mare, mon gravillon dans une flaque d’eau, mon glaçon dans mon martini, bref, J’ASSUME.

Oh, et sinon, Ke$ha a récemment sorti un album de remixes des plus grands tubes de toute sa carrière (c’est-à-dire 1 album).

Je ne sais pas trop ce qu’il est censé se passer sur cette pochette. Cependant, le fond rouge vif pailleté combiné aux fanions, guirlandes et autres flamands roses en plastique laissent à penser que la scène prend place dans l’estomac ou l’abdomen de Ke$ha, après une soirée somme toute assez banale durant laquelle la bougresse sous acides se serait mise à ingérer tout ce qui lui passait sous la main. Elle y compris.

Une sorte de mise en abyme, quoi.

Ou alors, il s’agit d’un hommage à la fameuse caverne étincelante de Shakira période She Wolf, moult fois comparées à un appareil génital féminin de taille gargantuesque.

Qu’importe, parce qu’au fond, c’est moche.

One Response to “Roma, Roma ma, Ke$ha, oohlala”

  1. S. Says:

    Je sais pas si ça en dit long sur moi, mais au premier coup d’oeil, j’ai bien cru qu’elle avait un tatouage “DARTY” sur le bras, ce qui aurait été, avouez le, plutôt génial.

Leave a Reply